NOUS CONTACTER : +41 32 475 53 13

Terpènes et modulation des effets du cannabis

Terpènes et modulation des effets du cannabis

Chaque plante de cannabis issue de graine possède un profil de cannabinoïdes et de molécules olfactives et gustatives qui est unique, et qu’on ne pourra donc retrouver avec exactitude dans aucune autre plante. Cette infinité possible de variations de goûts et d’effets de la marijuana est très appréciée par les cultivateurs, qui peuvent ainsi en permanence explorer de nouveaux horizons en cultivant de nombreuses génétiques différentes, ou se lancer dans la recherche et la sélection de la plante idéale.

 

La grande palette de gouts et d’effets proposée par les différentes plantes de cannabis permet également d’éviter en grande partie l’accoutumance, qui se produit beaucoup plus rapidement lorsque l’on ne possède qu’une seule plante à consommer, le corps s’habituant à ce profil en particulier.

On sait depuis longtemps que le THC et le THC-V sont les principaux responsables des effets provoqués par le cannabis. Les autres cannabinoïdes (CBD, CBN, CBC, CBG…) possèdent relativement peu d’effets psychoactifs. Dans ce cas, comment expliquer les différentes variations d’effets que l'on peut observer d’une plante de cannabis à une autre?

Les terpènes, molécules aromatiques des plantes.

 

Il faut alors regarder du côté des autres composants de la fumée de cannabis. Entre 10 et 30% de celle-ci est composée de terpènes, qui sont des molécules aromatiques produites dans la résine de la plante. La plupart des arômes et odeurs que nous associons aux plantes sont le résultat des terpènes (et des flavonoïdes). Il faut d’ailleurs noter que les cannabinoïdes n’ont pas de gout ni d’odeur.

Les plantes n’étant pas capables de se déplacer, elles ne peuvent pas distancer leurs prédateurs, ou déménager lorsque des plantes voisines envahissent leur territoire. Elles ont cependant développé une stratégie de défense très efficace, basée principalement sur la guerre chimique.

Les terpènes assurent plusieurs fonctions: certains par exemple repoussent les prédateurs, d’autres les tuent, retardent leur maturation, ou affectent leur métabolisme. Les plantes utilisent d’autres molécules aromatiques pour attirer les pollinisateurs assurant la reproduction, ou pour attirer les prédateurs de leurs ennemis. D'autres terpènes peuvent être créés en réaction à un stress subit par la plante (chaleur..).

Les huiles essentielles de plantes sont principalement composées de terpènes. L’aromathérapie utilise les propriétés thérapeutiques de ces terpènes pour réguler l’humeur, les problèmes de sommeil, l’acuité ou la santé. L’huile essentielle de lavande est par exemple calmante et relaxante, alors que celle de Romarin augmente la concentration et procure un sentiment de satisfaction.

Il est possible de faire de l’huile essentielle de fleurs de cannabis, par extraction à la vapeur. Celle-ci est utilisée dans les parfums, cosmétiques, savons, bougies, ainsi qu’en tant qu’agent de saveur dans la nourriture, comme par exemple dans des confiseries ou des boissons (bière aromatisée au cannabis…)

La marijuana fraîchement coupée contient environ 1% d'huile essentielle, dont la plus grande partie (80 à 90%) est composée de monoterpènes, qui sont très volatils et s'évaporent donc rapidement. Une fois l'herbe bien séchée, le taux d'huile essentielle n'est plus que de 0,1%, et environ 50% de celle ci se compose alors de sesquiterpènes, beaucoup moins volatils.

Quels sont les terpènes du cannabis?

Plus de 100 terpènes ont été identifiés dans la marijuana, et il en existe en fait beaucoup plus si l’on considère les multiples variations de chaque terpène. Par exemple, l’odeur caractéristique des agrumes provient de terpènes appelés limonènes, mais ceux-ci varient d’un agrume à l’autre. Les limonènes du citron sont ainsi des copies miroir des limonènes de l’orange. Chaque variété d’agrume possède une odeur distincte, issue d’infimes différences dans les proportions ou la forme des limonènes qu’elle contient.

Nous allons vous présenter les principaux terpènes que l’on retrouve dans la marijuana, ainsi que leurs différents effets sur la santé. D’un échantillon de marijuana à l’autre, les pourcentages et ratios de ces terpènes peuvent varier très fortement.

Myrcène

Le myrcène est le terpène le plus rependu parmi les variétés de marijuana (jusque 60% de l’huile essentielle de certaines plantes), alors qu’il n’est pas présent dans le chanvre textile. Il est également présent en grande quantité dans le houblon, ou dans le Bois d’Inde (Bay Saint Thomas). Son odeur est très proche de celle du clou de girofle. Le myrcène est un puissant analgésique (anti douleur), anti inflammatoire, et antibiotique. Il bloque l’action du cytochrome, de l’aflatoxine B, et d’autres pro-mutagènes cancérigènes. Il possède aussi un effet relaxant, tranquillisant, anti spasmodique et sédatif. Agissant en synergie avec le THC, le myrcène augmente l'effet psychoactif de ce dernier.

Limonène

Le limonène est souvent le second, troisième ou quatrième terpène que l’on retrouve dans la résine de cannabis. Cette famille de terpènes produit l’odeur typique d’agrumes que tout le monde reconnait lorsqu’on épluche ce type de fruits. Le limonène possède des propriétés antifongiques, anti bactériennes et anti cancer. Il empêche en effet la cascade du gène RAS, qui favorise la croissance des tumeurs. Il protège également contre le champignon Aspergillus, et contre les cancérigènes que l’on retrouve dans la fumée. Le limonène pénètre rapidement la barrière hémato-encéphalique, ce qui résulte en une augmentation de la pression sanguine systolique. Lors de tests sous limonènes, les participants ont rapporté une vigilance et une agitation relative, une augmentation de la concentration mentale, de l’allégresse, ou de la sexualité. Le limonène est souvent utilisé sous forme de sprays pour soigner la dépression et l’anxiété. Il a aussi pour effet de réduire les remontées acides gastriques, et de stimuler le système immunitaire. Les plantes utilisent les limonènes pour repousser les prédateurs, les mouches y réagissent par exemple en pensant qu’ils sont toxiques.

Carophyllène

Le carophyllène se retrouve dans de nombreuses herbes et épices, et en particulier dans le poivre noir, dont il contribue au gout épicé. C’est un anti inflammatoire et analgésique local, et l’un des principes actifs de l’huile essentielle de clou de girofle, un remède efficace contre le mal de dents. Il possède aussi des propriétés anti-fongiques. Ce terpène possède la particularité d’activer sélectivement les récepteurs à cannabinoïdes 2 (CB2), alors qu’il ne s’agit pas d’un cannabinoïde. Cette découverte ouvre la porte à de nombreuses recherches médicales.

Pinène

Le pinène est responsable de l’odeur familière associée aux pins et aux sapins, et plus particulièrement à leur résine. C’est le principal composant de l’essence de térébenthine, il est présent également dans de nombreuses plantes comme par exemple la sauge ou le romarin. Le pinène est utilisé médicalement comme expectorant, broncho dilatateur, anti-inflammatoire, et antiseptique local. Il traverse facilement la barrière hémato-encéphalique où il agit comme inhibiteur de l’acétylcholinestérase. Il empêche ainsi l’activité d’une molécule qui détruit une molécule de transfert d’information, ce qui résulte en une amélioration de la mémoire. C’est d’ailleurs en bonne partie grâce à la présence de pinène que le romarin et la sauge sont considérés comme étant bonnes pour la mémoire depuis des milliers d’années dans la médecine traditionnelle. Cela peut contrebalancer en partie un des effets du THC, qui mène à une diminution des taux d’acétylcholine. Le résultat est que vous oublieriez plus de choses avec du THC pur qu’avec du THC accompagné de pinène. Les variétés Skunk sont par exemple connues pour posséder des taux élevés de pinène. Celui ci étant broncho dilatateur, les plantes riches en pinène produisent une fumée qui semble se dilater dans vos poumons, ce qui peut provoquer de l'hyperventilation, voir de la toux. Le pinène améliore également la concentration, la satisfaction personnelle et l’énergie, mais cela peut être contrebalancé par la présence de terpinéol.

Terpinéol

Le terpinéol possède une odeur de lilas, ou de fleurs de pommiers et de tilleul. Lors de tests sur des rats, il a réduit leur mobilité de 45%. Cela peut expliquer en bonne partie les effets assommants de certaines plantes de cannabis. Le terpinéol se retrouve souvent parmi les variétés de cannabis possédant un taux élevé de pinène, dont les arômes puissants et boisés peuvent masquer ceux du terpinéol.

Bornéol

Le bornéol possède un arôme mentholé et camphré. Il est utilisé dans la médecine chinoise contre la fatigue, le stress, ou bien pour se rétablir d’une maladie. La variété de cannabis Silver Haze de Sensi Seeds est connue pour ses arômes de Camphre, et l’effet de cette variété est autant relaxant que psychédélique. On peut donc supposer qu’elle contient une bonne quantité de bornéol.

Linalool

Le linalool possède une odeur florale rappelant la lavande et les fleurs de printemps. Les humains peuvent détecter son odeur à des taux aussi faibles de 1 PPM dans l’air. Le linalool est actuellement testé dans le traitement de plusieurs types de cancers. Il possède aussi un effet calmant très puissant, anti anxiété, et provoque une forte sédation (sommeil). Lors de tests sur les rats, leur activité fut réduite de 75%. Le linalool est donc en bonne partie responsable des effets assommants et sédatifs de certaines plantes de cannabis. Il possède aussi des propriétés analgésiques et anti épileptiques.

 

1,8-cinéole

Le 1,8-cinéole est le principal composant de l’huile essentielle d’eucalyptus. Il possède une odeur mentholée caractéristique de cette plante, et se retrouve en faible quantité dans la marijuana. Il a pour effets de soulager la douleur, et d’améliorer la concentration et l’équilibre interne. Les plantes de marijuana contenant du cinéole favoriseraient donc la réflexion ainsi que la concentration.

 

Nérolidol

Le nérolidol, à l’arôme boisé et d’écorce fraîche, que l’on retrouve par exemple dans le gingembre, le niaouli ou le lemongrass, possède des propriétés antifongiques, anti malarique et antileishmanienne. Il possède aussi un effet sédatif.

 

Autres terpènes

Les autres terpènes que l’on peut retrouver dans la résine de cannabis sont par exemple les phellandrène, phytol, humulène, pulégone, bergamotène, farnesène, D3-carène, ocimène, fenchol, elemène, aromadendrène, bisabolène, et beaucoup d’autres….

Ce sont donc les infinies possibilités de profils de terpènes différents, qui sont responsables des variations de gouts et d’effets de la marijuana. Certaines combinaisons de terpènes peuvent fonctionner en synergie (les effets s'additionnent), alors que d’autres sont antagonistes (les effets s’annulent entre eux). Certains terpènes augmentent l’assimilation du THC, alors que d’autres ont une influence sur les circuits de la dopamine et de la sérotonine, deux des principaux régulateurs de l’humeur et du comportement.

Synergie des effets des terpènes et des cannabinoïdes (source: Halent Laboratories)

 

Certains utilisateurs médicaux ont remarqué qu’une plante en particulier les soulageait bien d’avantage que toutes les autres. L’analyse des cannabinoïdes de ces plantes était pourtant identique ou très proche à d’autres plantes qui donnaient moins bonne satisfaction. Ce sont peut être les profils de terpènes uniques de ces plantes, associés à des taux de cannabinoïdes adaptés, qui soulagent efficacement ces patients. Il faut préciser également que les techniques actuelles de chromatographie ne permettent pas d'identifier avec assez de précision tous les terpènes de la marijuana.

Cette diversité offerte par la Nature serait impossible à reproduire par l’industrie pharmaceutique, qui cherche à isoler des principes actifs en particulier, afin de breveter leur reproduction synthétique. Du THC pur provoque des effets très différents de ceux la marijuana, car il manque alors tous les terpènes et cannabinoïdes secondaires pour moduler son effet.

L’âge de la plante, sa maturation, ainsi que l’heure de la récolte, peuvent modifier les ratios et quantités de terpènes. En général l’odeur devient de plus en plus intense au fur et à mesure de la floraison, mais cela peut varier selon les conditions climatiques, l’environnement (engrais...), ou le stress de la plante. Vous remarquerez par exemple que l'odeur d'une plante est souvent plus forte en début de journée.

Les terpènes étant responsable à la fois du goût et de l’odeur de la plante, il est important de remarquer qu’une plante qui possède peu d’odeur, aura toujours aussi peu de goût.

Les terpènes et leurs interactions sur le cerveau sont un sujet fascinant, qui ouvre la voie à de nombreuses recherches médicales, et à un autre niveau d’exploration et de créativité pour les fabricants de graines. En vous entraînant à reconnaître les différentes familles de terpènes, vous pourrez peut être prédire les effets d’une tête de cannabis rien qu’à son odeur!

Selon plusieurs sources, manger une mangue bien mûre environ 45 minutes avant de consommer du cannabis, augmenterait l’effet de celui-ci. Cela s’expliquerait par la présence de myrcène dans la mangue, qui agirait en synergie avec le THC.

D'après nos recherches il faut cependant bien choisir la variété de mangue car seules quelques-unes ont une huile essentielle riche en myrcène (Cavalo 57.1%, Rosa 52.4%, Espada 37.2% et Paulista 30.3%), et que celui ci est complexé avec d’autres molécules qui ralentissent son assimilation. Enfin, si la mangue n'est pas bien mûre, son taux de myrcène sera trop faible.

Il est également possible d’utiliser de l’huile essentielle de houblon (hydro distillation des cônes femelles mâtures), celle-ci contenant plus de 20% de myrcène sous une forme rapidement assimilable.

Les terpènes ouvrent donc la voie à de nombreuses recherches scientifiques, notamment au niveau médical. En ajoutant par exemple des limonènes, il sera ainsi théoriquement possible d’obtenir un effet d’avantage stimulant. A l’inverse si on augmente le taux de linalool d'une plante,  son effet sera alors beaucoup plus sédatif.

Terpènes sous forme pure (source: Mark Heinrich)

 

 

 

 

Laisser un commentaire
Envoyer
L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter