Le cannabis pourrait protéger contre le Covid-19

Selon une très sérieuse étude de deux universités de l’Oregon, aux États-Unis, le chanvre contiendrait des acides potentiellement efficaces contre le virus.

Les acides présents dans le cannabis pourraient empêcher le Covid-19 de se développer.


Alors que rien ne semble pouvoir empêcher la propagation du variant Omicron, un remède insolite pourrait venir inverser la tendance. En effet, une étude menée par des chercheurs de l’Oregon State University et de l’Oregon Health and Science University montre que des composés présents dans le chanvre empêcheraient le SARS-Cov-2 de pénétrer les cellules saines.

Publiée le 10 janvier 2022 dans la revue scientifique «The Journal of Natural Products», l’étude indique que l’acide cannabigérolique (nommé CBGA) et l’acide cannabidiolique (nommé CBDA) permettraient également de lutter efficacement contre les variants Alpha et Bêta.

Différentes expérimentations ont été effectuées sur plusieurs extraits de plantes (trèfle rouge, igname sauvage, houblon et réglisse), mais c’est le cannabis qui a montré une affinitié potentielle avec la protéine de pointe du virus (lire encadré).

Les chercheurs ont donc identifié que le chanvre permet de bloquer les récepteurs du SARS-Cov-2, indiquant que ce sont les acides non psychoactifs (cannabigérolique et cannabidiolique) présents dans la plante qui jouent le mieux le rôle de barrage.

Sûrs pour l’être humain

L’auteur principal de l’étude, Richard van Breemen du Global Hemp Innovation Center d’OSU, rapporte que le CBGA et le CBDA sont naturellement présents dans le chanvre et ses différents extraits mais indique qu’«il ne s’agit pas de substances sous surveillance, comme le fameux THC, qui fait du cannabis une drogue».

C’est lors de la croissance de la plante de cannabis qu’ils prennent forme, et que le CBDA se transforme en CBD, ingrédient clé du cannabis récréatif et médicinal, que l’on peut se procurer en vente libre en Suisse. Le chercheur précise que «ces composés peuvent être pris par voie orale et ont une longue histoire d’utilisation sûre chez l’être humain. Ils ont un bon profil de sécurité.»

L’étude ajoute cependant que ces deux acides devront être récoltés séparément afin de fabriquer un médicament, ils ne pourront donc pas être consommés via les méthodes traditionnelles de prises de cannabis. En d’autres termes, le chercheur n’invite pas la population à fumer des joints pour endiguer la pandémie.

Selon les scientifiques, les données obtenues sur cette méthode face aux variants Alpha et Bêta se révèlent particulièrement encourageantes. Ils se montrent d’autant plus optimistes quant à son efficacité face à Omicron.

Sources : https://www.tdg.ch/le-cannabis-pourrait-proteger-contre-le-covid-19-662833322607

1 vue0 commentaire